30 Sep 2019

Honda City : pour tous les goûts !

Introduite en 1981, la petite citadine du marché Japonais détonnait dans le paysage automobile. Son charisme, apporté par petit gabarit, ses phares ronds lui a valu de multiples déclinaisons originales. Saviez-vous qu’elle était vendue avec un scooter dans son coffre ?

Alors que la Jazz actuelle a signé son grand retour en 2002, n’oublions pas que l’histoire de la citadine a commencé en 1981 au Japon, sous le nom de Honda City. Pour le marché européen de l’époque, la Honda Jazz était un recopie-cellule du modèle, reconnaissable grâce à sa haute garde au toit contrastant avec une longueur contenue et une largeur tout aussi restreinte.

Ce gabarit extérieur ne laisse pas présager l’espace intérieur alloué aux occupants : la disposition des éléments offre de grands espaces de rangement et une bonne habitabilité pour une citadine. Le coffre n’est pas en reste, puisqu’il a été dimensionné pour que les Honda City puisent embarquer un « Trunk Bike », c’est-à-dire un scooter Motocompo qui se dépliait et se repliait, comme les trottinettes d’aujourd’hui.

Alors qu’en Europe l’offre s’est limitée à un moteur 1,2 litres de 45 chevaux ou de 54 chevaux, le Japon proposait davantage de modèles couvrant un large éventail de besoins, mais aussi d’envies. On retrouvait, aux côtés de la City E de base, deux versions utilitaires Pro, et aussi un modèle R équipé d’un moteur CVCC : ce quatre cylindres avec carburateur développait 67 chevaux pour apporter davantage de pep’s à la légère City, dont le poids ne dépassait pas les 665 kilos.

La Honda City a donc connu de multiples variantes et d’éditions spéciales qui se sont succédées au fil des années, comme la EII, EIII, U, ou encore la novatrice Hyper Shift à 7 vitesses, dont l’héritage se trouve aujourd’hui dans les modèles Honda équipés d’une transmission variable continue CVT, comme sur le CR-V Hybrid.

Honda déjà en avance sur son temps

Pour appuyer les ambitions novatrices de la marque, Honda n’a pas hésité à faire confiance à Hirotoshi Honda, le fils de Soichiro Honda fondateur de la marque. C’est ainsi qu’une Honda City un peu particulière vit le jour en 1982 : la Honda City Turbo I embarquait son lot de curiosités pour l’époque afin d’afficher 100 chevaux de puissance. Elle disposait alors d’un moteur suralimenté, ce qui faisait de la Turbo I l’une des très rares Honda de l’époque à disposer d’un moteur suralimenté, en dehors des kei-cars qui avaient le vent en poupe.

L’engouement est tel qu’en 1983 une seconde version voit le jour : la Turbo II muscle son jeu grâce à son allure plus agressive apportée par des ailes élargies, et une calandre asymétrique où trône fièrement le logo de la marque. Au niveau de sa motorisation, elle développait 110 chevaux grâce à l’ajout d’un intercooler spécifique et d’une admission modifiée.

D’autres modèles méritent l’intérêt des collectionneurs, qui pourront aussi jeter leur dévolu sur des séries intéressantes. En effet, la Honda City disposait aussi d’autres atouts avec les versions Manhattan Roof rehaussaient leurs toits de 10 cm tandis que les modèles Manhattan Sound offraient un équipement stéréo haut qualité qui transmettait les vibrations de la musiques aux sièges des passagers.

Pour continuer dans cet élan d’originalités, une version Cabriolet est arrivée en 1984 sur la base de la Turbo II : sa fabrication en très peu d’exemplaires en fait un modèle rare et encore plus recherché que les autres, dont l’originalité certaine est reconnue par les passionnés de la marque.

Un héritage en devenir

Pour ceux intéressés par la citadine, une version encore plus petite était même disponible, et elle est équipée d’un moteur électrique ! A la pointe de la mécanique et de la technologie, la petite citadine Honda a aussi eu droit à son modèle… radiocommandé : la Hyper Turbo était un clin d’œil à la Honda City de compétition, dont la puissance était portée à 138 chevaux ! Cette Hyper Turbo radiocommandée ouvre la porte à de grandes sessions de jeux dans le salon ou sur le bitume de la cour. En Europe, vous aurez certainement plus de chances de trouver la petite City Hyper Turbo qu’une de ses nombreuses variantes en taille réelle.

Aujourd’hui, la Honda Jazz perpétue la tradition, et sera bientôt dérivée dans une version hybride. La citadine pratique et abordable garde la même philosophie mêlant compacité et confort. Elle est équipée d’un moteur 1,3 litres i-VTEC de 102 chevaux (130 chevaux pour le 1,5 litres i-VTEC) associant sobriété et performances, que ce soit en version à boîte manuelle 6 rapports, ou avec sa transmission automatique à variation continue (CVT). Cliquez ici pour en savoir plus et demander votre essai en concession.

Partager cet article...