3 Déc 2019

L’Astucieux Honda FR-V

Comme les autres constructeurs, Honda s’est lancée dans le segment du monospace autour de nombreux modèles notamment le FR-V dévoilé au Mondial de l’Auto 2004

 Sur les marchés étrangers en particulier les USA, Honda proposait un imposant monospace de plus de 5 mètres de long baptisé Odyssey dont le gabarit n’était pas adapté à l’Europe. Il fallut attendre le début des années 2000 pour voir apparaître en France le Stream plus proche au niveau du volume (4,57m) du Renault Espace dont les ventes chutaient au profit du monospace plus compact genre Scénic. Venu trop tard, il rencontra peu de succès dans l’hexagone. 

Les sièges centraux coulissaient de 27 cm et 17 cm à l’arrière et pouvaient rabattre leur dossier. Malin !

6 places !

 Fin 2004, le FR-V répondit enfin à la demande de la clientèle avec un monospace plus compact de 4,28 m de long. Évidemment, on aurait pu imaginer que c’était au détriment du volume intérieur et du nombre de places. Piège que Honda détourna habilement en reprenant le concept osé du Fiat Multipla. C’est à dire offrir trois places de front, soit six dans une longueur (moins) réduite autorisant quand même un vaste coffre de 439 litres et surtout un meilleur équilibre des volumes. Pour ce faire, le Honda FR-V pour (Flexible-Recreational-Vehicule) se particularisait par sa largeur portée à 1,81 m accueillant trois places de front. 

Habilement, sachant qu’on voyageait rarement à six, Honda avait réduit l’assise centrale qui offrait l’originalité de coulisser à l’avant sur 27 cm et 17 à l’arrière pour dégager de la place pour les épaules des quatre passagers. Astucieux ! Bien entendu, les sièges arrière abaissés produisaient un beau volume de 1019 litres rares dans ce segment. Esthétiquement, outre sa largeur qui lui donnait une bonne assise sur la route, le FR-V se particularisait par le dessin convexe de sa lunette arrière ajoutant une certaine originalité à sa silhouette qui avait conservé un classique capot plus proche d’un SUV que d’un monospace.

Le FR-V ne mesurait que 4, 28m de long pour 1,81 m de large et 1,61 m de haut.

Excellente tenue de route

 Présenté au salon de Paris (Mondial de l’Auto), le FR-V suscita beaucoup d’intérêt bien que proposé uniquement qu’en essence 1,8 l i-VTEC 140 ch, ce qui fut une erreur. Heureusement, l’année suivante, l’excellent nouveau diesel 2,2 l i-CTDi inauguré par l’Accord, le motorisa. Avec 140 ch, le FR-V était crédité de belles performances au prix d’une consommation basse et dans sa finition la plus haute Exécutive, il exhibait l’environnement intérieur d’une voiture de luxe avec ses sièges tendus de cuir et sa climatisation automatique et une intéressante clarté intérieure due à ses six glaces. 

 J’ai pu rouler une semaine entière au volant du FR-V et je n’en conserve que de bons souvenirs. D’abord, il était extrêmement pratique puisqu’il était possible de rabaisser le dossier du siège central qui se transformait en confortable accoudoir pour les passagers autant à l’avant qu’à l’arrière. Il affichait une planche de bord non seulement agréable à voir mais très préhensible avec un levier de vitesses qui tombait idéalement sous la paume de la main. Coté dynamique, très sincèrement, c’était un régal. Bien posé sur ses voies extralarges, le FR-V (plate-forme de HR-V modifiée) tenait particulièrement bien la route et virait à plat ce qui n’est pas banal pour un monospace. Ensuite, en motorisation i-CTDi reconnue pour son silence de fonctionnement, il bénéficiait de relances vives et une consommation modique qui n’avait pas dépassé 7,5 l aux 100 si ma mémoire est bonne.


Hélas, Honda France qui ne peut importer tous les modèles de la marque, dut sacrifier en 2009 le FR-V au profit de la nouvelle génération de Civic (8ème), de la nouvelle Accord proposée en break (Tourer) et surtout du HR-V, dont la motorisation diesel fit exploser ses ventes. Qui imaginerait cela aujourd’hui ? 

Sa planche de bord était très réussie et le levier de vitesses tombait idéalement sous la main !
Partager cet article...