6 Juin 2019

Vintage : Honda Accord 4, Presque une Legend !

La 4ème mouture de la Honda Accord a été dévoilée le deuxième jour du salon de Francfort 1989. Une astuce pour attirer sur elle davantage de commentaires des journalistes.

Honda était coutumier du fait. Deux ans avant, il avait fait de même avec la Civic. C’était pour ne pas être noyée dans le feu des nouveautés de ce salon 1989 riches en nouveaux modèles accaparant la presse le premier jour. Née en 1976, l’Accord accueillait déjà sa 4ème version déjà auréolée du titre de la voiture la plus vendue aux USA cette année-là. Depuis 1982, l’Accord était fabriquée aux USA dans l’usine de Marysville inaugurée en 1979 pour d’abord produire des motos

Sa longueur avait été portée à 4,68 m contre 4,41 pour la 3e génération avec un volume accru du coffre à bagages.

Une petite Legend

Par rapport à la 3ème génération, cette nouvelle Accord se voulait plus volumineuse. Presque d’un segment supérieur. Avec 4,68 m de long, elle était plus longue de 25 cm que la précédente et plus proche des dimensions de la Legend. Elle se particularisait par sa silhouette extrêmement fluide (Cx de 0,33) qui ne manquait pas d’élégance avec de vastes surfaces vitrées. Elle avait perdu les phares occultants de la précédente au profit de projecteurs très plats, protégés par un vitrage transparent (inédit alors) du plus bel effet. Bâtie sur un empattement allongé, elle offrait une habitabilité supérieure à ses passagers, notamment à l’arrière, liée à un coffre géant de 448 litres très accessible. Indiscutablement, la montée en gamme était manifeste à l’instar de l’accroissement des dimensions de la Civic. Rappelons que l’Accord de 1976 ne mesurait que 4,12 m !

Cette montée en gamme se manifestait aussi au niveau des mécaniques. Trois versions étaient proposées dans l’hexagone. Deux 2 litres 16 soupapes simple arbre en version carburateur (111 ch) ou injection Honda PGFI 135 ch ou en 2,2 l injection évidemment délivrant 150 ch. Modèle qui pouvait recevoir les 4 roues directionnelles 4WS lancées deux ans avant sur le coupé Prelude 3G. En France, c’est la version intermédiaire 2 litres EXI annoncée à 145 500 francs sans option qui fut la plus vendue. Par rapport à ses concurrentes de l’époque vendues sensiblement le même tarif, l’Accord proposait un équipement bien supérieur avec une qualité de finition incomparable. A ce prix, cette belle berline offrait une direction à assistance variable, sièges à commande en hauteur électrique, radiocassettes avec antenne électrique, 4 vitres électriques, rétroviseurs électriques, toit ouvrant électrique, des jantes en alliage de 15 pouces, intérieur en velours, etc. Un équipement rare il y a 30 ans digne d’un très haut de gamme.

L’Accord se signalait par son équipement très riche pour l’époque.

Souvenirs, souvenirs

Je me souviens avoir conduit plusieurs fois ce modèle et également longuement roulé avec en passager, car le responsable du magazine pour lequel je travaillais, en possédait une, achetée sur mes conseils.

C’était une voiture plutôt bourgeoise dans son fonctionnement. Le 4 cylindres   équipé d’arbres d’équilibrage était non seulement silencieux mais assez soyeux dans son fonctionnement. Avec 133 chevaux, il proposait des performances suffisantes (200 km/h) avec de bonnes relances. L’Accord se signalait par son étonnante douceur due à sa direction à assistance variable et ses commandes légères (boîte et embrayage), caractéristique des Honda. Rien à redire au niveau du confort de la suspension ni du freinage avec Antiblocage Honda (ALB), ni de la tenue de route. L’habitacle était spacieux, sa suspension confortable, sa visibilité excellente et son équipement généreux. Il n’y avait rien à jeter.

Version coupé pour les USA

Au japon, où cette génération rencontra un beau succès, elle fut développée dans une version plus luxueuse appelée Ascott, reconnaissable à sa calandre plus cossue et son pavillon différent comptant 6 glaces. Une version Inspire était également proposée se différentiant par ses glaces sans montant avec un empattement allongé et un moteur 5 cylindres transversal de 160 ch sous le capot. De même une version coupé était proposée aux acheteurs américains.

L’Ascot était une version 6 glaces de l’Accord avec une face avant différente.

Dommage que ces versions n’aient pas été vendues en Europe. Mais n’oublions pas que les ventes de Honda France comme celle des tous les japonaises étaient contingentées alors à moins de 3% du total des ventes en France. L’Accord s’effaça fin 1997 au profit de la 5ème génération qui fut la première de la lignée à accueillir un moteur diesel et être produite en Angleterre. Mais c’est une autre histoire !

Son habitabilité était meilleure pour les passagers assis à l’arrière.
Partager cet article...