16 Sep 2012

Test : Honda CR-V 2.2 i-DTEC BVA

C’est en 1995, au salon de Tokyo, que le CR-V a ouvert la voie du marché des SUV et nous voici au volant de la 4ème génération qui s’annonce comme une réussite !

Une ligne plus statutaire

Dès notre arrivée à l’aéroport de Munich, nous découvrons avec plaisir les trois premières générations de CR-V (produites à 5 millions d’exemplaires !), ce qui nous permet de constater à quel point le nouveau venu s’est bonifié. Nous retrouvons le côté « décontracté et formel » décrit par Manabu Konaka, designer extérieur, qui ajoute que « l’esthétisme signale toujours la robustesse et la fiabilité. »

A première vue, le nouveau CR-V est à peine plus petit que l’ancien (-5mm, 5570 mm) et si sa hauteur perd 30 mm, il n’en demeure pas moins toujours aussi habitable. L’ambition de Honda a été d’offrir plus de prestance et c’est réussi ! La face avant est plus audacieuse avec ses phares à LED et double xénon (selon la finition) et la ligne de caisse est plus marquée et plus dynamique. A l’arrière, les feux, eux aussi à LED, restent disposés verticalement. L’aérodynamique a été soignée avec un carénage du plancher qui permet un gain de Cx de 6,5%, ce qui est un avantage en matière de consommation et d’émission de CO2.

 Vie à bord

Avec un empattement identique à celui de l’ancienne version, les passagers bénéficient toujours d’une grande habitabilité et ceux installés à l’arrière peuvent facilement allonger leurs jambes et profiter du confort de la banquette.

Bonne nouvelle pour les amateurs de modularité : les sièges « magiques » qui permettent de transporter de hauts colis font leur apparition avec un système de manipulation extrêmement simple grâce aux deux manettes disposées dans le coffre. Il suffit de tirer dessus pour que tout se passe sans le moindre effort… Dans le même mouvement, les sièges divisés à raison de 60/40 libèrent une surface entièrement plane qui transforme le CR-V en un efficace porte-charges, faisant passer le coffre d’un volume de 589 litres (soit 147 litres de plus que l’ancienne version) à… 1669 litres (avec la roue de secours galette).

Le seuil de chargement a été rabaissé de 25 mm pour permettre un chargement plus aisé de biens lourds ou encombrants. Le coffre du CR-V peut désormais recevoir deux VTT complets ou quatre sacs de golf et son accès est facilité par le hayon motorisé ! Une simple pression et le voici qui s’élève vers le ciel ou redescend tout seul, sans aucun effort.

Volant en mains

Une fois installé derrière le volant, il est facile de trouver la bonne position de conduite grâce aux multiples réglages offerts. Le système d’accès et de démarrage sans clé nécessite une simple pression sur le bouton « start » présent sur le tableau de bord. Ce dernier offre un certain nombre de « strates » horizontales qui renforcent la perception d’espace et créent un environnement ergonomique et intuitif. Rapidement, on s’aperçoit que les matériaux utilisés dans le CR-V version 2012 offrent une grande qualité comme en témoigne la bande décorative qui s’étend à travers le tableau de bord.

Une fois démarré, le moteur 2.2 diesel se montre discret. Revu en profondeur par rapport à la version que l’on trouvait sous les capot de la troisième génération, le bloc offre une réduction des émissions de CO2 importante en passant de 171 gramme au kilomètre à 149 en boite manuelle et à 174 grammes (au lieu de 195) avec la boîte automatique à cinq rapports que nous avons testée.

La douceur de cette dernière s’accorde parfaitement avec la philosophie du CR-V et on apprécie de pouvoir, si besoin, avoir recours aux palettes situées derrière le volant. Elle enchaine les rapports sans à-coups et permet des relances sereines.

Avec une puissance de 150 chevaux à 4 000 tr/mn et un couple de 350 Nm à 2 000 tr/minute, le nouveau CR-V passe de 0 à 100 km/h en seulement 10.6 secondes (9,7 en boîte mécanique) et pointe à 190 km/h (sur circuit). Le 4 cylindres réalisé entièrement en aluminium, monté transversalement, reçoit quatre soupapes par cylindre, un turbocompresseur à pales variables, une injection piézoélectrique, un arbre de compensation et un filtre à particules associé à la technique de re-circulation des gaz d’échappement qui contribue à réduire les taux de NOx.

Notre parcours, mixant autoroutes et routes secondaires, nous a permis d’apprécier le comportement sûr offert par la tenue de route du nouveau CR-V et on sait que l’on peut compter sur les dernières innovations comme l’EPS (direction adaptative) qui réduit le sous et le survirage en corrigeant d’elle-même l’impulsion donnée au volant ou encore l’ESS ( Emergency Stop System) dont le rôle consiste à déclencher automatiquement les feux de stop et de détresse (clignotants) lors d’un freinage violant.

Technologie

Le nouveau Honda CR-V, version 2012, propose tout une série d’équipements de sécurité Ainsi, le LKAS permet de maintenir le véhicule dans sa voie de circulation car il détecte les marquages routiers grâce à une caméra installée en haut du pare-brise. De son côté, le ACC est un régulateur de vitesse et d’espacement qui utilise un radar millimétrique qui surveille la distance par rapport au véhicule qui précède et peut décider de ralentir le CR-V en cas de besoin. Enfin, la CMBS prévient les accidents en avertissant le conducteur lorsqu’une collision est possible !

A noter : le TSA (système de stabilisation du remorquage) détecte l’instant où la remorque amorce un mouvement oscillatoire et utilise la réduction du couple et le freinage individuel des roues pour stabiliser la voiture et sa remorque.

Silence et confort

Après quelques kilomètres à bord du nouveau CR-V, on apprécie le silence qui permet de discuter sans avoir à élever la voix grâce à des matériaux d’insonorisation situés en dessous de l’habitacle, alors que des matériaux absorbant le bruit habillent les portières arrière, les passages de roue, l’encadrement des portières, la paroi de séparation avant ainsi que le capot moteur. Au final, avec 3 dB de moins que l’ancien CR-V, le bruit est divisé par deux !

Conclusion

Le CR-V, dans sa nouvelle version 2012, propose une réelle alternative aux monospaces. Avec sa transmission intégrale, il offre une polyvalence étonnante, un niveau de confort et de technologie qui lui permettront sans aucun doute de répondre à toutes les attentes.

 

Partager cet article...